Artiste en résidence

Éclairer le temps qui court - Ysé Raoux

 

Exposition virtuelle présentée du 11 octobre au 11 novembre 2020

Éclairer le temps qui court est une exposition virtuelle de l’artiste en arts visuels Ysé Raoux. Il s’agit du fruit de sa résidence artistique réalisée à la chapelle des Cuthbert, du 15 août au 15 septembre 2020, un programme offert par la Corporation du patrimoine de Berthier et s’adressant aux artistes émergent·e·s.

Dans le cadre de cette résidence, Ysé Raoux aura créé un site web regroupant les expérimentations faites à partir des données sonores et visuelles collectées sur, dans et autour du bâtiment patrimonial qu’est la chapelle. Illustrations, vidéos, gifs animés, photographies et bandes sonores composent son exposition qui traite de la dégradation des images. En plus du microsite, le projet comprend un fanzine qui sera disponible en téléchargement. De plus, il sera possible de s'en procurer une une édition limitée format papier. Tous les profits iront directement à l’artiste.

Exposition virtuelle et fanzine

 

Mené en contexte de pandémie mondiale, Ysé Raoux aura dû adapter son projet initial d’installation in situ en projet virtuel. En effet, devant la situation, il fut décidé d'innover en proposant un mode de diffusion alternatif, propice à l'expérimentation et en accord avec les intentions de l'artiste. Le vecteur numérique est dès lors apparu comme l’outil de premier plan pour lui permettre d’expérimenter et de développer un projet, tout comme il s’est avéré être la solution la plus conviviale pour maintenir le dialogue avec les divers publics. La résidence d'Ysé Raoux s'opère donc autour de la dégradation numérique, en tant que procédé de création de visuels alternatifs.           

 

De plus, comme son processus de création est structuré par des étapes, à l’instar d’une trame narrative, il lui est apparu comme étant logique de retranscrire son projet sous forme d’une publication qui lui permettrait de dévoiler les œuvres réalisées au cours de la résidence, tout en accompagnant ces dernières de poèmes et de textes soutenant son expérimentation grâce à un fanzine.

 

Un fanzine est une publication disponible en impression et/ou en ligne. Il peut être édité de manière périodique ou simplement ponctuelle, comme c’est le cas ici. Le fanzine est souvent créé par des passioné·e·s, parfois amateur·e·s. Aujourd’hui, ils sont largement répandus dans l’art contemporain, car ils représentent un moyen d’expression peu coûteux et de choix pour les arts visuels. Comme les fanzines peuvent également être composés de textes relatant une expérience, c’est ils sont aussi souvent utilisés dans le cadre de l’art performance. Pour Ysé Raoux, le fanzine créé est autant une exposition qu’une œuvre à part entière en ce sens qu’il aura fait partie intégrante de son processus de création, mais aussi de sa recherche conceptuelle ; la construction du fanzine s’est faite simultanément à la création des œuvres afin de pouvoir avoir une mise en page qui reflète exactement l’expérimentation de l’artiste.

Pour visiter l'exposition virtuelle :

Pour télécharger le fanzine : 

Screen Shot 2020-10-13 at 2.49.32 PM.png
Montage bis.gif

Le projet

Ce travail de recherche explore la transformation du son en image et leur dégradation respective par strates comme métaphore de la renaissance, tout en posant un regard sur la production artistique actuelle : la création à l’ère du numérique en temps de pandémie.

 

Si la synesthésie est un phénomène à la base neurologique fusionnant deux ou plusieurs sens, par exemple percevoir des couleurs en réponse à des sons, Ysé Raoux utilise ici une expérience subjective similaire mais produite grâce à l’utilisation de divers logiciels informatiques. En effet, depuis l’avènement de l’art numérique au milieu du XXe siècle, la métaphore de la synesthésie domine les codes de la représentation grâce à l’amalgame des divers médiums dans un même langage. De plus en plus, les frontières qui délimitent le monde virtuel et le monde du réel tendent à disparaître pour s’orienter vers le retour de la matière numérique à l’état de matière physique, mais pas seulement : ici, les codes sont brouillés, le son est mis en image mais l’image est virtuelle. Véritable synesthésie son-image, le travail d’Ysé Raoux tire son essence d’une volonté de transfiguration des différentes frontières sensorielles concentrées sur la création actuelle.

 

C’est dans le cadre de son projet de maitrise que cette dernière s’est d’abord intéressée à la dégradation des matières végétales puis, en réponse aux contraintes liées à la pandémie et à la difficulté de se procurer certains végétaux, à la dégradation des images. C’est donc par l’entremise de la ruine visuelle/virtuelle que l’artiste aura ici créé un lieu fantasmé, en parallèle à la réalité tangible des choses.

Ysé Raoux

 

Native d’Arcachon en France, Ysé Raoux est étudiante à la Maîtrise en art de l’Université du Québec à Chicoutimi. Sa démarche s’articule autour de la représentation de la mort et de la dégradation dans les installations ainsi que la photographie. Sa pratique interdisciplinaire mélange les domaines créatifs afin de donner lieu à un parallèle entre la mort et l’objet précieux, en se servant principalement de végétaux. Ses œuvres ont fait l’objet de plusieurs expositions collectives dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Également engagée dans le domaine culturel, Ysé Raoux travaille pour le centre d’artistes Le LOBE à titre de responsable des communications.

Vernissage et rencontre avec l'artiste

 

À l'image du projet, le vernissage de l'exposition se fera virtuellement, dans le cadre des Journées de la culture

Lors de cette activité, l’artiste exposera le projet réalisé pendant ce mois d’expérimentations artistiques et échangera avec le public.

Les participants seront également invités à réaliser une oeuvre, suivant la démarche de l'artiste. Les oeuvres seront exposées sur le site de la chapelle des Cuthbert.

Date : dimanche 11 octobre 2020

Heure : 15 h à 16 h 30

Pour assister au vernissage, cliquez sur l'icône ZOOM 

Journees_culture.png
Zoom-App-Icon-2.png

La chapelle des Cuthbert est la propriété du gouvernement du Québec et sous la responsabilité immobilière de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).

Elle reçoit le soutien financier du ministère de la Culture et des Communications et est animée par la Corporation du patrimoine de Berthier.

© 2020

461, rue de Bienville

Berthierville (Québec) J0K 1A0

Canada

Tel: 450-836-4171